samedi 28 février 2009

Dimanche enchantant... au potager !

Et voici le nouvel arrivage maraîcher pour le prochain dimanche enchantant, parsemé de photos d'un petit matin à Rungis ou j'ai pu me glisser grâce à "Martine la fille aux fleurs" !









(ça faisait longtemps, c'est vrai que cette idée "mijotait" !)
En avant les choeurs !




Ballade comestible
Jacques Dutronc interprète la chanson de Serge Gainsbourg





Marche des petits oignons
de l'incroyable chanoine suisse Bovet (de Méli Mélo)






Les oignons
Sydnet Bechet





Les haricots (paroles ici) 1953
Francis Lopez chanté par Bourvil





Ah les p'tits pois ou le cucurbitacée
Dranem (1911) qui n'y va pas avec ...le dos de la cuillère (!)




Peel me a grape
Ici l'interprétation de la très regrettée fleur parmi les fleurs Blossom Dearie

Et ici Diana Krall, avec les paroles
(Si vous ne connaissiez pas encore ce site, régalez vous !)


Strange fruit (histoire de cette tragique chanson ici)
Déchirante Billy Holliday







Salade de fruits (paroles ici)
Bourvil




Hang on little tomato (paroles ici)
Pink Martini



Watermelon man (Paroles ici)
Thème de Herbie Hancock chantée par Annie Wardell



GrasL'orange (paroles ici)
Bécaud 1964





Le petit jardin (karaoké ici)
Lanzmann chanté par Dutronc




Le jardin extraordinaire (Paroles ici ...et texte en russe et arabe !!!)
Trenet




Tutti frutti
Little Richard 1955

Un petit karaoké !






Lemon tree (Paroles ici)
Fool's garden



Meu limão, meu limoneiro (Mon citron ! )
Ne ratez pas la leçon de chant du grand Wilson Simonal




Le temps des cerises (Paroles ici)
J.B.Clément 1857 interprété ici par Geike Arnaert et Bobbejaan Schoepen
Une histoire de la chanson sur ce beau site
(Nous chanterons en tutti une harmonisation de mon tant regretté Jacques Barathon






The banana boat song (Paroles ici)
Harry Belafonte chante ce calypso avec les Muppets ...




Yes we have no bananas
...voir mon précédent article ici



avec un petit tour de voilier avec Audrey et Humphrey !



Sanguine joli fruit (Paroles ici)1953
Un poème de Jacques Prévert chanté par Yves Montant




Le commerçant de la rue légumes
Chanson Plus bifluorée

Açai (baies du palmier brésilien)
par le charismatique Djavan



Les mûres sauvages
de la franco brésilienne Bia, ici sur YouTube





Shoo fly pie and apple pie downy
Dinah Shore 1946 qui swingue ... Dessert favori des Amish, la recette est ici !




Chiquita banana






...avec une partition en notes/bananes !


Chiclete com banana (Chewing gum ...à la banane !) (Paroles ici)
Ici par l'incroyable Jackson do pandeiro



Le chou farci (Paroles ici) 1974
Les Charlots Quels crooners !





Les cornichons

Nino Ferrer 1972




Macédoine
Sacrée chanson de Linda Lemay




Banana Pancakes
une douce sucrerie de Jack Jonhson





Et voilà le programme !
Aussi consistant qu'une bonne soupe aux choux (Bob et Bobette 1929)

On a en sortant de l'école
L'estomac dans les talons
Mais chez nous y'a plus d'casserole
Et y'a un trou dans le poêlon
Heureusement qu'il y a l'chaudron
Car nous nous en servirons !
Envoyez l'chaudron

Ah! la bonne soupe soupe
Ah! la bonne aux choux
Que vous mangerez avec nous
Ah ! La soupe aux choux, you !

11 commentaires:

Anonyme a dit…

La vie joue parfois de curieux tours : Je cherche un village et je me retrouve à cheminer sur quelques fils de ta vie.
Beaucoup de poésie et de sensibilité dans ce blog. Impossible de ne pas céder à la tentation de m’y glisser, ne serait-ce qu’une fois. J’ai hésité, mais voilà, c’est fait. Mille pardons si cette liberté que je m’autorise aujourd’hui te heurte.
Pour retrouver le Petit-Poucet, il suffisait de suivre les petits cailloux égrainés sur la route…
Encore fallait-il ne pas en oublier. Ne pas s’arrêter aux évidences, aux événements terribles qui bousculent nos vies et en changent profondément le sens.
Les grosses pierres dans nos jardins.
Tu en as eu manifestement plus que te part de ces pavés là.
Je suis heureux que tu les aies, non pas jetés, mais posés dans un coin où ils assistent impuissants à ton renouveau de bonheur. Bien fait pour eux…
Les petits cailloux sont (re)devenus les plus beaux, et les deux plus brillants, je suis sûr qu’ils se sont glissés dans tes pupilles.
Ah, au fait, bonjour Brigitte.

Juste un petit, tout petit panel de lectures pour accompagner les floraisons à venir : primevères et nivéoles (c’est en cours ici), jonquilles, anémones en attendant les violettes et le muguet.
Voilà, fini le « tout gris » : vive les couleurs, les odeurs, les bruits et les rires.
Je sais que tu y es sensible.
Probablement as-tu lu certains de ces bouquins, tous peut-être. Auquel cas, tant pis pour moi, sinon j’espère qu’ils te feront entendre leur petite musique.

Commençons par un compagnon d’adolescence, comme pour nombre des gens de ma génération.
Neil Young :
Tu évoques « Helpless », je te conseille vivement la version acoustique que tu trouveras dans l’album « Unplugged » qui est une merveille.
J’aime beaucoup la version de « long way you run » qui s’y trouve.
Bon, assez de digressions, j’ai dit que je parlais bouquins, parlons bouquins…
Donc Neil Young. Je prends (un peu) le prétexte du titre « Alabama » dans « Harvest » pour mon dernier coup de cœur littéraire ; vraiment.
« to kill a mockingbird » traduit curieusement « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » de Harper Lee dans le livre de poche.
Paru en 1960, ce livre est un chef d’œuvre absolu, à la fois roman d’initiation et chronique pleine de tendresse et d’humour d’une petite ville d’Alabama –le fameux prétexte- dans les années 30.
Le sujet traité y est grave mais délivré à travers le regard ingénu mais très lucide d’une petite fille. Une splendeur. Dire que j’ai attendu toutes ces années pour le découvrir.

Tes talents de musicienne.
« Novecento :pianiste » de Alessandro Baricco. Toujours en livre de poche (je veille à l’état de tes finances).
Celui-ci je suis presque sûr que tu l’as lu. Sinon, dévore cette poésie en prose. L’univers de Baricco est évidemment très personnel, plein de métaphores, d’attentes nostalgiques mais on n’en sort jamais totalement indemne.





Toi, entre 2005 et 2007… si j’ai bien compris.
« A Méli sans mélo » de Barbara Constantine (Calman-Lévy)
Pour chasser les ombres d’un soir de blues et pour encore et encore redire à la vie qu’on l’aime et l’entendre chuchoter que -parfois- elle nous le rend bien. Un petit bonheur, doux comme une friandise d’enfance.

Toi, qui réchauffe le cœur de tes amis. (J’ai bien parcouru ton blog et quelques liens, tu vois fée choclette…).
« L’éducation d’une fée » de Didier Van Cauwelaert. Encore en livre de poche.
Pour un soir sous le froufrou des étoiles, les senteurs des pommiers et le zonzon obstiné des hannetons. (En mars j’en ai beaucoup ici qui volent sans crainte des « pailles au cul » qu’on leur infligeait gamins. Seul le chat, peut-être…)
Voilà, c’est tout. Suffisant et peut-être déjà trop.

Bonne vie.


PS : L’album « Unplugged » n’est pas forcément facile à trouver.
Si tu ne l’as pas et si tu veux, je te l’enverrai à ton nom et à l’adresse « Les vieilles vignes, Ormoy la rivière » avec une ou deux copies d’albums d’Aldebert… (j’ai les originaux, dûment achetés !) juste un petit clin d’œil à tes origines jurassiennes.
Si tu reviens parfois dans le Jura pour y grappiller quelques framboises, sans doute connais-tu ce Bisontain, amateur de savagnin, d’amitiés et dispensateur de bonne humeur.
J’aime bien aussi.
Tu mettras les CD dans ta voiture si tu les as déjà ou les accrocheras à ton cerisier pour en préserver les cerises si tu n’aimes pas !
Les merles n’en siffleront que mieux.
Parce que franchement, la vie sans les merles serait d’un triste…

Un « Pays »Fraisans

Anonyme a dit…

PPs:
La signature c'était "un pays"
Fraisans, c'est un bug.

Anonyme a dit…

PPPS !!!
Long MAY you run.
PFF!Quel étourdi je fais...

"Pays"

bijee a dit…

OOOhhhhhh ! Quel est ce merle gourmand qui vient picorer les miettes de mon chemin ¿??
Un joli merle partageur qui n'hésite pas à y déposer à son tour quelques framboises,cerises,clochettes et mille feuilles appétissants !!!
Un merle moqueur qui roucoule comme un rossignol ?
Un merle "Anonyme" mais dont le chant semble si familier, si loin si proche ... ?

Anonyme a dit…

tu vois les ptits cailloux sur le chemin mènent loin!
il faut toujours dire et faire vivre ses rèves
fleury

Anonyme a dit…

Merci de ne pas m'avoir écarté sur le bas-côté pour me punir de mon outrecuidance.
Pour autant, continue ta route. Trace la bien droite avec ceux que tu aimes.
PS:
Je ne roucoule pas, Brigitte... Cela me donnerait un petit côté "paonnant" qui ne me ressemble pas vraiment... Enfin, je crois...
Siffleur, insousciant, même si ce n'est pas toujours facile -façade, protection, insolence ou défi-, je préfère.

"Pays"

Anonyme a dit…

Et pour finir, un coup de colère contre moi:
"Toi qui réchauffes" avec le "s" terminal aurait été mieux !
Ca m'agace ce genre d'erreur venant de moi !
Adios

"Pays"

Anonyme a dit…

Et "insouciant" pour finir. Promis j'arrête. C'est préférable.

bijee a dit…

Un merle siffloteur qui connait tant de chansons familières (Helpless, c'est toute mon adolescence, To kill a mocking bird, il est sur ma table de chevet depuis bien longtemps ...et j'adorais le film avec Gregory Peck ...)
...mais un merle qui s'échauffe à sa moindre fôte d'ortografe et qui s'enfuit à tire d'aile ??? quel dommage !

Anonyme a dit…

J'aime trop la langue française pour l'écorner.
Indulgent avec autrui, beaucoup moins avec moi...
Les CD sont partis ce soir à l'aventure.

Pour helpless, j'avais compris...
Désolé pour le livre de Harper lee.

Anonyme a dit…

alors le merle, c'est toi qui m'a fait croire aux 10 oiseaux qui avaient déposé leurs commentaires sur le blog potager! Bon, avec une thématique comme celle là, les volatiles grappillent comme des fous, c'est clair. Je partage l'histoire de l'orthographe, je peux pas m'empêcher de vouarlèfote, oci !
Fleury, bizou, comment va ton genou ? Vékivolèteparciparla