mardi 17 mars 2009

Les oiseaux égarés ??

C'est vrai que c'était plutôt mal parti pour le rendez-vous de printemps des zoisillons !

J'avais pourtant passé la semaine à sussurer ma chanson



Mais, entre les oiseaux occupés à d'autres tâches,
ou à roucouler en solitaire

... Sans parler de ceux qui, ravis de leur nouveau plumage printanier,

... s'étaient égarés à buissonner ailleurs, émoustillés sans doute par la toute nouvelle douceur de l'air parfumé du printemps, promesse de toutes les rencontres ...


... je m'étais doucement résignée à un dimanche plutôt désenchanté ...




dans l'attente de nouvelles migrations ...




Quelle erreur !

C'était oublier un peu vite la qualité du ramage et du plumage des joyeux qui avaient répondus à l'appel!!!



Et la joyeuse chorale a gazouillé comme jamais !



accompagné par notre toujours attendri gros matou préféré (notez comme il avait lissé ses moustaches pour la circonstance ! )

Ben voilà ! Encore une belle leçon nananère !


Et puisque, par le hasard de ce blog, j'ai retrouvé un bel oiseau moqueur perdu, je vous envoie des baisers de la part d'Aldebert et de ce joli clip.




9 commentaires:

Anonyme a dit…

Bien content que tu aies reçu les CD, Brigitte.
Enfin je suppose… (?)
J'attendais que tu poses à nouveau tes petits bonheurs immenses sur ton blog pour m'y glisser à nouveau.
Tes "croustillances"* de vie et « d'amitiés complices ». (*pardon pour ce néologisme mais après tout, d'aucuns ont bien utilisé le mot "bravitude" avec le succès que l'on sait. J'aspire à la postérité... ; et puis ça a un petit côté québéquois qui me plaît bien.)
Je ne suis pas absolument convaincu que l'évocation anticipée des fleurettes printanières en a hâté l'apparition, mais c'est un fait, ça explose dans le Jura !!
Ce que je me plais à croire, par contre, c'est que tu as apprécié ? découvert ? mieux connu ? pris le temps d'écouter ? aimer ? l'ami Aldebert. Tant pis pour les merlettes et tant pis pour tes cerises.
Il débarque dans ton blog par mon truchement et j'y laisse une trace grâce à lui.
Très bien.
Pour le reste, j’ai été bluffé par ta perspicacité, qui sans te faire découvrir tout de suite le merle en question, t’a au moins permis d’identifier le nid dont il était issu…et de le retrouver sous un plumage un peu poussiéreux d’avoir trop marché… Bon, au moins le plumage est toujours là…

Le mystère est levé, peut-être est-ce dommage. La poésie née de l’inconnu en a pris un coup … dans l’aile, forcément. ..( Je reconnais être un peu cabotin).

Bon printemps et tout plein de bonnes choses.
« Pays » c’était un peu benêt
« Le merle » c’est au mieux ridicule, au pire prétentieux
« G » suffira et tant pis si tu pouvais rêver mieux..

PS : la dernière chanson du CD de Neil Young ne fait pas partie du disque initial. Je l’ai rajoutée pour te donner la version électrique de ce morceau mythique qu’est «like a hurricane » et qui est en acoustique sur le CD « Unplugged ».
PPS : Ce message me paraissait plus à sa place ici qu’envoyé sur ta boîte mail.

A plus tard ; je range d’abord mes tiroirs.

Chantal a dit…

Ah !
les roucoulades du
printemps!!!!
j'aime bien les pies aussi.
Le jacassement des pies .
Il viendra après le printemps,
avec la chaleur de l'été.

C.

Anonyme a dit…

et si on faisait une thématique baisers câlins et ... disputes ????

Vékiveukonlapèlmonkeur

Chantal a dit…

Ah !
moi j'aime bien la thématique
des bruissements du printemps
naissant.
des bruissements de la nature
qui s'éveille.
le bruissement qui va crescendo,
comme la lumière, au sortir de
l'hiver.

Bijee a dit…

Des envies de pies qui jacassent ? De bruissement de printemps ? Le temps semble être venu chère C. pour un babil de filles autour d'un petit café non ?

Anonyme a dit…

un R.V. pour un babil...
un bavardage de vocalisations
pour deux pies !!
oui,
le temps n'est pas égaré....
mais bienvenu pour sortir de
sa tanière hivernale, et,de
jacasser sans attendre l'été.
C.

Anonyme a dit…

moi je dis trop top ces babils d'oiseaux divers venant de tous les horizons de ton histoire!!
à quand une chorale par périodes de ta vie allez tu l'écris ta partition qu'on la chante!!!
fleury

Anonyme a dit…

petite lecture printanière,

Les arbres chantent, les hirondelles sont de retour. Le ciel a des percées bleues.La nature, inlassable, refait ses fleurs.Dans l'air quelque chose danse, une douce ivresse.Voilà le printemps qui rénove nos âmes et nos coeurs.La nature généreuse fait couler sa sève entre nos veines.Nos désirs engourdis par l'hiver partent en caravane.L'esprit léger, nous appareillons pour un nouveau monde.Chaque année, c'est le même miracle:nous sommes follement heureux de retrouver ce qui curieusement nous avions oublié.Tendre ironie! Mais sans l'oubli, y aurait-il résurrection ?
Les premiers soleils illuminent les visages:nous avons l'impression de vivre le premier matin du monde. Innocence retrouvée, élan confiant en la vie. Le printemps nous fait renaître à notre enfance:envie de chanter, de rire et d'aimer. S'abandonner à la nature avec toute l'ingéniosité de son âme. Se délester du poids des jours,retrouver l'émerveillement, intact. Réaffirmer la vie dans ce qu'elle offre de meilleur et de pire.
Notre coeur est généreux. Sachons faire confiance à la spontanéité. La conscience déplissée permet cette grâce: accueillir l'instant pur, intense .....................
C. Guérard, Petite philosophie pour temps variables.

Vocalisations harmoniques pour
pour un babil de mots.

La dissonance viendra assurément.
Mais avant,il y a
l'instant pur, intense..........

C.

Anonyme a dit…

la dissonance est venue...

des rendez-vous
égarés,

C.